Sensualité

Depuis quelques temps je m’interroge sur les poses, en particulier sur ce qui crée de la sensualité dans une image

dans ce style de photographie il y a deux photographes que j’apprécie beaucoup :

Si j’apprécie beaucoup le naturel (malgré des tenues et des décors assez extravagants, il ne se dégage pas moins une impression de beauté naturelle non forcée, non retouchée) et la sensualité des photos d’Irène Rudnyk. C’est une des photographe dont j’apprécie le plus le rendu des images. Celles de Sean Archer sont beaucoup plus érotiques et en même temps s’en dégage une impression terriblement fausse. Ceci probablement du à un travail de l’image un peu trop extrême à mon goût sur les proportions de la taille, les yeux, le cou … Je n’ai jamais été fan de ce type de retouche. Par principe je préfère trouver la beauté qui réside en chaque corps plutôt que d’en inventer une artificielle sur ordinateur. Mais je comprends que l’on puisse faire ces choix artistiques aussi. Par contre son travail sur les ombres, les poses, les regards est très inspirant.

J’ai donc cherché à aller en ce sens, réussir à faire des images sensuelles qui pourtant ne montrent rien. Il y a la à la fois une compréhension du corps, du regards et de la lumière très intéressante et qui me servira aussi pour des photos de nus. Et c’est aussi s’interroger sur le sens que l’on donne aux images, aussi bien l’image des modèles, l’interprétation du spectateur, un sujet qui me tient particulièrement à cœur.

Je suis très fier de cette image, je pense continuer à explorer cette voie, du moins si dès modèles me font confiance pour essayer cette aventure. En tout cas j’aime beaucoup ce rendu, en particulier l’homogénéité des couleurs, au service d’une pose et d’une attitude.

Et en bonus une petite anecdote de shooting. mes flash de studio fonctionnent sur batterie. Bien évidement toute batterie se décharge et forcement c’est au moment le plus critique du shooting quand on pense avoir quasiment l’image parfaite que celles ci rendent l’âme. Où serait le fun sinon?

C’est là où l’on doit rester maître de la situation, en profiter pour blaguer, détendre un peu l’atmosphère, tout en gardant suffisamment de sérieux pour reprendre rapidement sans perdre le fil de la séance. Donc d’un coup je vois sur mon écran de contrôle que la lumière principale vient à être défectueuse et que la modèle apparaît quasiment entièrement dans l’ombre hormis les lumières de remplissage et de contour.

Pas de panique, on gère, on fait une courte pause et on continue les photos. Et puis au développement forcement je tombe sur une série d’une dizaine d’images très sombres qui me permettent aussi de savoir où j’en suis d’en ma séance et où sont les quelques images que j’ai en tête à travailler. Au final je n’ai gardé que le cliché au dessus. Et puis pour m’amuser je suis revenu sur ces images sombres. J’ai voulu tester jusqu’à quel point je pourrai récupérer des détails sans introduire un bruit trop prononcé. Connaitre un peu mieux les limites de mon appareil. Déjà j’ai été très surpris de pouvoir augmenter autant l’exposition et surtout cela donne à l’ensemble un aspect très intéressant, pas du tout celui recherché initialement, mais plus un look d’affiche de super héro.

J’aime beaucoup ces clichés inattendus qui se révèlent en travaillant sur l’ordinateur.

Parce que le travail photographique c’est la combinaison d’une prise de vue, si possible le plus proche du résultat attendu, mais aussi un long et invisible travail de développement sur ordinateur, travail solitaire que personne ne voit et n’appréhende la difficulté et le temps passé. Travail d’autant plus ingrats que pour être parfait, il doit être le moins visible possible, simplement mettre en valeur des détails de la prise de vue. Le verni sur une oeuvre déjà bien née.

 


Modèle : CZ

Photographe : Emmanuel R.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “Sensualité”