Octopus dans mes cordes : shibari de l’océan 1


Les tatouages me fascinent, l’océan me fascine, le shibari me fascine, les femmes aux cheveux colorés me fascinent. Alors quand j’ai l’occasion de pouvoir tout mélanger dans une seule photo cela donne un résultat extraordinaire.
Le tatouage d’Octopus est sublime, depuis que je la connais je suis toujours attiré par les couleurs, le dessin, il semble tellement vivant et lui correspond à merveille. Elle adore la couleur bleu aussi.

Je voulais rendre hommage à tout cela, faire quelque chose d’unique et qui mettent en avant un trait de sa personnalité. Ce que j’apprends de la photographie finalement ce rapproche beaucoup du shibari : il y a une première phase nécessaire où on apprend la technique, on patauge, on réussi, on se perfectionne.

Et vient la seconde phase, celle où on découvre qu’on a rien compris, que ni la photo ni le shibari, ni probablement aucune discipline ne sont une technique. Que s’il faut maitriser tout cela de manière quasi instinctive, c’est pour mieux l’oublier après et réussir à ne se concentrer que sur une personne, une idée, une émotion, quelque chose à transmettre.

Alors il faut tout remettre en cause, explorer un monde bien plus vaste de possibilités. Accepter que tout sera perpétuellement à réinventer et peut être est ce là la beauté de la chose. un peu comme les cerisiers dont on admire avec toujours autant d’émotion la floraison chaque printemps.

La première photo est devenue mon fond d’écran actuel sur l’ordinateur où je travaille mes photos, remplaçant des photos du Japon, c’est dire si j’en suis fier !


Modèle : Octopus

Shibari, make-up et Photo : Emmanuel Créateur

Découvrez aussi :


Emmanuel Créateur

A propos de Emmanuel Créateur

Couturier des cordes (shibari) et créateur de liens émotionnels

Amateur d’arts érotiques et hédoniste au quotidien, japonais dans une autre vie, parfois dandy et souvent gastronome.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Octopus dans mes cordes : shibari de l’océan