Anthrazit dans mes cordes : latex et shibari

Ce fut aussi ma première découverte du latex. En vrai, de près, à toucher. Les fascinants reflets sur celui ci, le corps mis sous tension, comprimé, lissé. Tout et rien est visible à la fois.

Et puis il y a eu l’attacheur qui est entré en scène, au delà de l’homme fasciné, il faut s’adapter à ce matériaux lisse et fragile, le traiter avec encore plus de douceur que la peau. J’ai voulu une composition sur les couleurs, qui mette en valeur le latex par contraste, aérienne, simple, qui souligne sans s’imposer.

Et j’espère que cela fonctionnera aussi pour vous. que votre œil sera captivé par ce regard profond puis par les courbes magnifiques d’Anthrazit.

Modèle : Anthrazit

Photographe :  Olivier Parent d’ OKB Studio

Shibari : Emmanuel Createur

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 commentaires sur “Anthrazit dans mes cordes : latex et shibari”