Anouchka Farlant dans mes cordes – partie 1 – Shibari au bord de l’eau 2


Anouchka avait une grande appréhension des cordes. J’avais envie de lui donner goût aux cordes, de sortir complément des photos classiques, bien que je considère ne pas en faire déjà, mais il fallait sortir de l’univers du studio, aller en extérieur, dans un grand espace. Je voulais absolument une robe blanche, du sexy suggéré par la transparence, du beau mais du mélancolique, une jolie princesse abandonnée qu’on aurait immédiatement envie de secourir, une femme désirable et pourtant prisonnière.

J’ai longuement hésité sur l’emplacement, un beau chêne au milieu d’une clairière ? C’était l’idée de départ. Et puis j’ai pensé à la plage. Du sable au bord de l’eau. J’ai su que ca devais être là, absolument, quelques jours à peine avant le shoot. Tout s’est conceptualisé à partir de ce lieu. Et cela donne ces superbes photos, une des séries dont je suis le plus fier, par l’atmosphère qu’elle dégage et par le charme d’Anouchka. Une très belle collaboration à renouveler.

La suite de ce shoot sera publiée le 25 juillet. Je vous invite à découvrir son blog pour patienter : http://journaldanouchka.blogspot.fr/

 


 

Modèle : Anouchka Farlant

Photographe :  Olivier Parent d’ OKB Studio

Shibari : Emmanuel Createur

 

Découvrez aussi :


Emmanuel Créateur

A propos de Emmanuel Créateur

Couturier des cordes (shibari) et créateur de liens émotionnels Amateur d'arts érotiques et hédoniste au quotidien, japonais dans une autre vie, parfois dandy et souvent gastronome.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Anouchka Farlant dans mes cordes – partie 1 – Shibari au bord de l’eau

  • p_apanoel

    Les différentes photos que j’ai pu voir de cette série me font plutôt penser à l’Ophélie de Millais qu’aux représentations de « damsels in distress » que je connais.
    C’est probablement la présence de la plage qui attire mon esprit vers ce terrain.

    Voilà une illustration très originale de shibari, en tout cas, et la présence de la nature illustre pour moi un rapport au temps différent de celui qu’on a dans une construction bâtie. Ce n’est peut-être pas vrai pour tout le monde…