RedArt Tour : rien n’est simple ! 8


Je ne m’attendais pas à une sinécure en acceptant ce projet. Je savais d’expérience qu’encorder une figurine n’est pas simple, la morphologie n’est pas la même, les articulations souvent inexistantes.

Mais trois figurines, de tailles et de morphologies différentes, trois styles d’attaches à faire pour diversifier les créations, c’est une somme incroyables de soucis à traiter auxquels je ne fais pas habituellement face avec un être humain.

Les cordes se sont coincées dans les articulations des bras de Hulk m’empêchant de gérer correctement les tensions !

Les cordes qui s’enfoncent trop dans les peluches mais doivent pourtant rester serrées pour ne pas se détacher ou avoir une allure étrange.

Les nœuds qu’il a fallut transformer pour ne pas qu’ils se détachent au cours de l’aventure qui devrait durer au moins un an peut être deux …

Le choix de corde en polypropylène, pour avoir de belles couleurs fluo qui tranchent avec les figurines mais qui pose aussi des soucis de glisse et de mauvaise tenue des tensions.

La mise en place de points de suspensions adaptés à des personnes qui ne connaissent rien au shibari.

La morphologie des corps qui m’a obligé à trouver la figure la plus adaptée …

Tout cela a été bien compliqué et m’a obligé à reprendre de nombreuses fois les attaches avant d’obtenir exactement ce que je voulais. Un tel projet nécessite d’être perfectionniste sur les créations de départ, toutes les autres œuvres dépendent de ce que je vais réaliser. Par respect pour tous ces artistes qui vont participer, j’ai vraiment donné le meilleur de moi et de mon shibari.

 

Mais mon plus gros défi je me le suis créé seul. J’avais reçu une photo des personnages mais sans indication précise de taille. Ayant déjà eu un Kiki étant enfant je me suis basé sur la taille de celui que j’avais eu et ai acheté des cordes de diamètre en rapport avec  mes souvenirs. Lourde erreur !

Je n’avais pas du tout prévu que ce Kiki est 3 à 4 fois plus gros que celui de mon enfance et les cordes achetées sont ridicules sur lui. De plus à cette taille et dans cette matière, je n’ai trouvé que des cordes tressées et non des cordes toronnées comme j’utilise habituellement. cela change l’aspect esthétique, mais pas pratique.

Alors plutôt que d’acheter des cordes neuves, j’ai décidé de tresser celle ci pour avoir une corde plus épaisse et avec 3 torons comme j’utilise en shibari. Avec pas mal de recherches j’ai donc créé ma propre machine de tressage en Lego (R), vous pouvez voir les étapes ci dessous. Je suis particulièrement fier d’avoir réussi à créer cette machine. Et à réaliser des cordes d’environ 7m50.

Moi qui prépare mes cordes de shibari pour qu’elles soient douces et agréables pour mes modèles, rapides et flexibles pour moi. J’en ai fait de même dans le cadre de ce projet artistique. Un vrai défi technique qui m’a aussi permis de mieux comprendre comment fonctionne la corde, ce qui lui donne souplesse et flexibilité.

Découvrez aussi :


Emmanuel Créateur

A propos de Emmanuel Créateur

Couturier des cordes (shibari) et créateur de liens émotionnels Amateur d'arts érotiques et hédoniste au quotidien, japonais dans une autre vie, parfois dandy et souvent gastronome.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 commentaires sur “RedArt Tour : rien n’est simple !