L’échangisme, c’est chiant ! 13


Ça ne devrait pas l’être, d’ailleurs je suis convaincu que dans l’idéal ça ne l’est pas. Ça me dérange d’écrire cela mais c’est un triste constat de six ans de libertinage, malheureusement la grande majorité du temps, l’échangisme c’est chiant.

Parce que l’échangisme se résume bien trop souvent non pas à une relation à 4 mais à recréer un rapport sexuel à deux, avec la seule variation que la personne change.

Un 2+2 en côte à côte.

Ce qui est très drôle d’ailleurs car les espaces de discussion libertin sont toujours remplis de grands défenseurs de l’échangisme, pourfendeurs des autres pratiques qui viennent souiller le sacrosaint échangisme. Le côte côte (cotcot ? comme la poule ???) c’est horrible, ça va tuer le libertinage, les clubs … c’était mieux avant. Par contre l’échangisme pour faire du 2+2 l’un à côté de l’autre au final c’est top …

Il faudra m’expliquer un jour, je n’ai toujours pas saisi la nuance.

Si l’échangisme c’est refaire ce que je fais avec ma compagne mais avec quelqu’un que je ne connais pas et en moins bien parce qu’on ne se connait pas justement et qu’on découvre à tâtons ce que l’autre apprécie en superficialité, ça ne m’intéresse pas. Ce n’est pas satisfaisant.

piratesourcil-echangismeImage provenant du blog BD : http://piratesourcil.blogspot.fr/

Finalement les configurations en nombres impairs (3, mais en vrai trio, à lire ici, 5, 7 ou plus …) sont celles qui se révèlent les plus intéressantes. Loin d’être bancales, elles forcent aux changements, aux variations. Le 2+2 offre le confort d’un partenaire, pas besoin d’en changer, plus simple de se concentrer sur un seul ou de trouver son plaisir, on reste en terrain connu. Et on évite soigneusement de se toucher entre hommes parce que bon faudrait surtout pas qu’on nous pense bi ou homo hein …

Le nombre impair oblige à se mettre en danger, à innover, à sortir de sa zone de confort, à accepter l’autre, quelque soit son sexe, pour s’occuper d’un troisième. Cela oblige à changer les configurations et donc bien souvent les positions. L’impair c’est le mouvement, l’imprévisible, la variété. l’impair c’est aussi se confronter à la bisexualité.

L’échangisme, en particulier en club, c’est bien trop souvent une levrette ou un missionnaire en 2+2 et ça je trouve que c’est chiant. Alors désolé je suis libertin mais pas échangiste. Du moins tant que l’échangisme ne sera pas un vrai partage à 4.

 

Découvrez aussi :


Emmanuel Créateur

A propos de Emmanuel Créateur

Couturier des cordes (shibari) et créateur de liens émotionnels Amateur d'arts érotiques et hédoniste au quotidien, japonais dans une autre vie, parfois dandy et souvent gastronome.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 commentaires sur “L’échangisme, c’est chiant !

  • Palaume

    A 100% d’accord avec toi, et c’est justement pour cela que l’échangisme ne nous intéresse pas spécialement .

    Parce que nous sommes un couple, nous voyons le libertinage comme, avant tout, une activité qu’on fait en couple. Comme on pourrait faire une sortie cinéma ou pratiquer le macramé.

    Nous n’arrivons pas à dissocier couple et libertinage. Ainsi donc le configuration 2+2 (séparé ou dans la même pièce) ne nous satisfait pas.
    Nous nous fixons donc comme règle de garder le contact en permanence (physique ou visuel). Le visuel n’étant pas simplement la possibilité de se voir, mais la nécessité de se regarder.

    Et finalement, cette obligation n’en est pas une. En réalité, nous n’arrivons pas à détacher le regard l’un de l’autre.

  • Charlie

    hihihihi la magie des nombres premiers mon cher Euclide le savait bien 3, 5, 7, 11 bon après ca fait un peu beaucoup de monde
    d’aucun me diront que 2 est premier oui mais deux c’est fabuleux sauf que ca on connait déjà, quand à 1 il n’est pas premier mais personnel de salle et il se branle au comptoir en matant les couples échangistes (reference à l article sur le no comment de adam)

  • Fred

    Je vois exactement ce que vous voulez dire et en effet, si 2+2 signifie (1+1)+(1+1) – ce qui reste mathématiquement juste… – , je dois avouer que cela rend la chose vite ennuyeuse!
    Dans l’application que l’on crée, on cherche justement à faire en sorte que le couple reste central et que les « satellites » qui les rejoignent soient de parfaits partenaires pour consolider le couple.
    Du coup, en 2+2, quels seraient, selon vous, les configurations idéales et pas assez utilisées ?
    En vous remerciant !

    • Emmanuel Créateur
      Emmanuel Créateur Auteur de l’article

      Le 2+2 de nous intéresse pas, c’est bien ce que je dénonce dans ce texte et ce qui nous est proposé systématiquement dans une soirée libertine. De même que pour nous le trio n’est pas 2+1. L’entité « couple » n’a plus sa place, sinon chacun reste dans son coin, ou dans son coin recréé avec une autre partenaire et c’est tout. Un trio c’est une relation à trois avec toutes les variantes possibles, l’échangisme c’est identique. Cela n’implique pas nécessairement de la bisexualité mais quasiment avec un minimum d’interaction et d’échange sensuel entre chaque participants.

      • FRED

        Quelque part, en fait, il faudrait trouver de nouvelles combinaisons.
        Les corps devrait donc être « tous liés », mais il est vrai que si la bisexualité féminine est plutôt acquise (ou presque, sans trop forcer), celle des hommes est encore un peu obscure…

      • Brigit

        je ne suis pas tout à fait d’accord avec ce diktat que l’entité « couple » n’a plus sa place dans un trio.
        pourquoi ?
        d’ailleurs la phrase suivante me parait tout à fait juste qu’une relation à trois admets toutes les variantes possibles, avec des interactions sensuelles entre les trois (mais à chacun selon ses préférences)

  • Nicolas Surlefil

    J’ai l’impression de lire (sous une autre version) notre ancien blog que tu n’as pas connu. (« je me lis » pas en sens de plagiat mais de convergence d’idée.) J’ai toujours clamé: je ne suis pas échangiste, je n’ai rien a échangé, et encore moins ma compagne. Partagiste m’a t’on répondu et finalement oui. Je n’ai par ailleurs rien contre d’autre choix. Tiré un coup en club m’a toujours ennuyé fortement mais c’est un choix et une envie. Des relations mélangistes et/ou davantage (côte a côte euh bon … ) je n’ai eu que les meilleurs et finalement que des belles. Pour moi il y faut une totale adéquation des quatres, voir davantage. C’est compliqué et rare c’est vrai mais ca peut fonctionner 🙂

  • Orangecade

    Bonjour,

    Bien que cet article date un peu, il reste néanmoins d’actualité. Je dirais même plus cruellement vrai. Avec la banalisation du libertinage et la modification de la clientèle, jeunes gavés au film porno de J&M, il n’y a plus de libertins. Il y a des gens, qui passent d’un(e) partenaire a un(e) autre sans réel partage.
    Avec ma femme nous avions l’habitude de dire que nous libertin et non pas échangiste. Maintenant, nous préférons dire que nous sommes « partagistes », car il semblerait qu’il faille être classifié dans un milieu où justement nous ne devrions pas l’être!