La vie c’est comme une série américaine. 7


Si vous regardez assidûment les séries américaines, en particulier les sitcoms, il arrive toujours un moment fatidique où un couple, généralement formé en cours de série entre divers protagonistes, réalise que ça ne va pas et décide de se séparer. Twist scénaristique bien pauvre qui permet de faire quelques épisodes faciles sur 1) se mettre en couple 2) se séparer.

 

Mais il y a plus pervers. Cette forme non-dite de séparation, symbolisée par la formule « we need a break » : «Nous avons besoin d’une pause ». Ou comment ne pas assumer l’envie de se quitter. On teste si on peut vivre l’un sans l’autre et si ça ne marche pas, on a l’excuse de la pause pour se remettre ensemble et revenir à zéro.

 

Quand cela arrive dans une série, on sait ce qui va se passer par la suite, l’un des deux va coucher avec un/une autre, l’autre le découvre, en fait une montagne parce qu’officiellement ils ne sont pas séparés et ça se termine en guerre ouverte sur quelques épisodes. Bref ça remplit le vide d’imagination du scénariste. (The Big Bang Theory réussit même l’exploit de nous proposer plus que ça depuis quelques années).

 

Mais pourquoi je vous raconte cela tout d’un coup ? Simplement parce qu’il y a des amis qui s’éloignent. Encore et toujours. Le contexte était bien évidement tout autre qu’une relation amoureuse. Et pourtant, dans l’instant, j’ai rapidement compris où tout cela allait nous mener, malgré des tournures de phrases qui se voulaient volontairement non offensantes. J’avais l’impression encore une fois de perdre quelqu’un qui m’est cher sur une incompréhension. Et puis la seconde d’après je me suis dit, ne sois pas idiot, la vie ce n’est pas une série, n’imagines pas ce que tu ne sais pas. Voyons comment les choses évoluent…

 

J’ai masqué mon trouble, essayé d’attendre, sans rien voir venir ou presque, en tout cas pas ce que j’espérais. Je n’aurai peut-être pas dû être passif et faire le geste vers l’autre au lieu de l’attendre.

Et maintenant, j’ai la désagréable impression que finalement, la vie c’est comme une série américaine…

Découvrez aussi :


Emmanuel Créateur

A propos de Emmanuel Créateur

Couturier des cordes (shibari) et créateur de liens émotionnels

Amateur d’arts érotiques et hédoniste au quotidien, japonais dans une autre vie, parfois dandy et souvent gastronome.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 commentaires sur “La vie c’est comme une série américaine.