Mes premiers souliers John Lobb 2


Les souliers à peine déballés, déjà photographiés ! C’est un peu leur naissance ^_^

John Lobb fait parti de ces maisons mythiques pour tout amateur de beaux (et bien construits) souliers masculins. Mais aussi parmi les plus chers, donc plutôt un rêve inaccessible lorsqu’en bon gentleman, on démarre sa collection de souliers.

Mais le rêve se fait vite obsession et puis comme pour le vin, qui ne souhaite pas gouter une fois dans sa vie une bouteille d’un incroyable excellence, ne serais ce que pour  le plaisir et par curiosité de connaitre la différence avec « l’ordinaire » (qui peut être déjà de fort bonne qualité).

Le pebble grey (gris galet) que j’ai choisi est plutôt un marron clair nuancé, seuls les lacets et les coutures sont réellement gris clair. Cette couleur est magnifique et s’accorde très facilement avec mes costumes gris, marrons et bleus.

Et après la pose de patin, me voici prêt à affronter la brutalité de l’asphalte urbain.

Quelques ports plus tard, un premier cirage et un glaçage dans les règles de l’art, voici mes impressions.

Ces souliers sont incroyablement confortables, j’ai pu les porter  sans problème dès le premier jour.

Ils plissent très peu, confirmant ainsi l’excellence des cuirs sélectionnés.

Le Museum Calf est un procédé de tannage qui présente de légères variations de teinte, j’ai hâte de voir sa patine naturelle avec le temps. Pour cela j’utilise une surfine Saphir incolore en alternance avec une marron pour le cirage et une pâte de luxe Saphir fauve pour le glaçage. Je suis intransigeant sur la qualité des produits d’entretien.

Ces souliers sont devenus instantanément mes préférés et la maison John Lobb une référence qui n’est vraiment pas usurpée malgré un prix prohibitif mais finalement totalement justifié par l’excellence de l’ouvrage.

La prochaine paire chez Corthay pour comparer ?

Mais comme toujours les images parlent mieux que les mots.

 

image

image image image

Découvrez aussi :


Emmanuel Créateur

A propos de Emmanuel Créateur

Couturier des cordes (shibari) et créateur de liens émotionnels Amateur d'arts érotiques et hédoniste au quotidien, japonais dans une autre vie, parfois dandy et souvent gastronome.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Mes premiers souliers John Lobb