Jour 3 – Workshop Nawashi Kanna et Kagura


Nawashi Kanna insiste à nouveau sur la sécurité dans les pratiques, des parties du corps du modèle qui sont à protéger, évoque de l’utilisation des matériels (mousquetons en particulier) et de ceux qui sont inadaptés (bien que communément utilisés comme les fameux anneaux de suspensions qui entremêlent les cordes, risquant ainsi de créer des blocages, de gêner pour détacher ou d’user prématurément les cordes) en justifiant ses propos, de la communication avec son modèle, d’amour et d’amusement.

C’est simplement parfait. La technique ne peut venir que lorsqu’on a déjà compris ces éléments primordiaux.

Cependant la fatigue accumulée se fait vraiment ressentir, le travail sur le Hojo TK devient vraiment difficile, d’autant que ce TK ne laisse pas de place au hasard, comme toute technique héritée du Hojojutsu, elle est directement destinée à la torture et à la mort. la moindre erreur peut rapidement provoquer l’asphyxie du modèle. Le kinbaku tel que pratiqué par Nawashi Kanna ne peut qu’être parfait, toute approximation n’a pas sa  place. Lorsque l’on réalise cela, on prend encore plus conscience de ses responsabilités et du (long) chemin qu’il reste à parcourir. C’est à la fois terrifiant et terriblement motivant.

Malgré toute l’admiration que j’ai pour Nawashi Kanna, ce style ne m’attire définitivement pas, mais j’en comprends l’importance pour savoir les impacts des cordes sur le corps, leurs interactions et garder toujours la compréhension globale de son système d’attache.

Je termine le workshop en apothéose par ma toute première suspension.

image

De ce workshop je garderai avant tout le souvenir d’un couple amoureux et passionné. Je définis de mieux en mieux ce que je souhaite faire avec les cordes. L’Onirique aussi prend plus d’aisance et de plaisir au fur et à mesure de mon perfectionnement. C’est d’autant plus agréable.

un peu de repos bien mérité à venir et on reprend l’entraînement juste après !

 

image

Découvrez aussi :


Emmanuel Créateur

A propos de Emmanuel Créateur

Couturier des cordes (shibari) et créateur de liens émotionnels Amateur d'arts érotiques et hédoniste au quotidien, japonais dans une autre vie, parfois dandy et souvent gastronome.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *