Fushimi Inari Taisha – Une vision du Japon [1] 4


Je débute enfin une série qui me tient particulièrement à cœur et dont je tenais particulièrement à la création de ce blog. Ma vision du Japon.

Décrire un pays en entier serait illusoire, je ne prétendrais pas décrire « Le Japon » dans sa globalité. Je voudrais simplement partager ici, au delà de tous les clichés usuels sur le Japon (« entre tradition et modernité », « les robots », « les geishas » …) ce Japon que j’aime, qui me manque tant après chaque voyage et qui me donne sans cesse envie d’explorer de nouvelles facettes.

Alors pour inaugurer cette série, quoi de mieux que le temple qui me fascine le plus : Fushimi Inari Taisha

 

Pour y aller de puis Kyoto : le plus simple la ligne Keihan, prendre un train Local (ceux qui s’arretent à toutes les stations) et descendre à Fushimiinari.

Ce grand temple à la sortie de Kyoto est dédié à Inari.  
Inari (稲荷神) est initialement le kami shinto des céréales, puis des fonderies et du commerce, ainsi que gardien des maisons (yashikigami). Divinité protectrice des prostituées et des pompiers, Inari est vénéré également pour sa fertilité, pour la naissance et pour l’annonce de certains dangers. Cependant, Inari est aussi redouté par les hommes, car il peut les ensorceler et même les posséder en prenant l’apparence de moines bouddhistes ou de jeunes femmes séduisantes. (Extrait de Wikipédia).

Ce temple se compose :
d’un ensemble d’édifices religieux à proximité de la gare,
d’un grand parcours dans la montagne qui vous fera passer entre des milliers de torii vermillon, dans des cimetières, près d’une cascade et admirer Kyoto d’un superbe point de vue en hauteur. Et pourquoi pas en profiter pour y deguster aussi un dorayaki et un thé vert matcha dans l’une des échoppes qui bordent le parcours.

Attention le parcours est long, il faut prévoir de bonnes chaussures de marche et un sac léger.

Le site est surtout visité dans sa première partie, une fois dans la foret, vous serez vite seul face à la nature et peut être à la magie d’Inari.

 

Découvrez aussi :


Emmanuel Créateur

A propos de Emmanuel Créateur

Couturier des cordes (shibari) et créateur de liens émotionnels

Amateur d’arts érotiques et hédoniste au quotidien, japonais dans une autre vie, parfois dandy et souvent gastronome.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Fushimi Inari Taisha – Une vision du Japon [1]