Au fond, qui suis-je vraiment ? 4


Miriam Bäckström: Smile as if we have already won (détail), 2012


Lorsque j’ai créé ce blog, j’ai voulu y exposer toutes les facettes de ma vie. Libertinage, BDSM et puis tout ce que j’aime de manière très large.
J’aurai certes pu démultiplier les blogs, un pour chaque thématique. Cela aurait été mieux pour le référencement du blog et pour attirer un lectorat ciblé. Mais ayant déjà eu un blog libertin je ne connais que trop la frustration de se limiter à un seul sujet. D’autre part il y a des thématiques comme les restaurants et les souliers dont j’ai grand plaisir à parler mais sur lesquels je suis loin d’être une référence ou un érudit. Je ne peux que présenter une sélection restreinte de ce que j’aime et pourquoi je l’aime. Je n’aurai pas matière à faire un blog sur ces thèmes.
J’ai donc fait le choix le plus pertinent à mes yeux : me présenter, moi, tel que je suis, dans ma globalité, avec toutes mes sensibilités.
Quitte à paraître prétentieux, snob, voire pédant aux yeux de ceux venus lire une histoire sexuelle.
Quitte à paraître un dangereux libertin prêt à sauter n’importe quelle soumise passant devant moi aux yeux de ceux ayant des pratiques BDSM.
Quitte à paraître un dangereux sadique prêt à torturer n’importe qui sans son consentement aux yeux des libertins.
Je vois bien que si certains appartiennent à plusieurs mondes comme nous, ils ne sont pas une majorité. Et les jugements hâtifs sont parfois de rigueur, y compris chez ceux qui se revendiquent plus ouvert d’esprit que la majorité de la population.
Trop partager, c’est aussi risquer d’être incompris, voire d’être rejeté de tous. Être multiple c’est aussi n’être rien pour ceux qui ne s’ouvrent pas à la différence.
Parce que l’on pratique tous de manière consciente ou non une forme d’entre soi (lire à ce sujet : http://mangerbaiser-blog.com/2014/09/08/aimer-un-seul-club-libertin-zone-de-confort/ ). Je pourrai ajouter d’autres facteurs d’exclusion comme la bisexualité …
Si des phrases toutes faites comme « your kink is not my kink » ou « tout est possible, rien n’est obligatoire » circulent, n’oubliez par les notions de plaisir, d’envie, de partage. Je n’ai pas envie de sexe  avec n’importe qui parce que je suis libertin, je n’ai pas envie d’être Dominant avec n’importe qui parce que je suis le Maître de L’Onirique.
J’aurai pu rester un anonyme que vous pourriez croiser dans l’obscurité, ici ou là, sans le savoir. Je le suis d’ailleurs toujours un peu. Je me mets à nu ici, je fais le choix de me livrer en entier, parce que rares sont les espaces où je peux le faire.

Mais il y a parfois des mots qui blessent, des comportements aussi.

Découvrez aussi :


Emmanuel Créateur

A propos de Emmanuel Créateur

Couturier des cordes (shibari) et créateur de liens émotionnels

Amateur d’arts érotiques et hédoniste au quotidien, japonais dans une autre vie, parfois dandy et souvent gastronome.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Au fond, qui suis-je vraiment ?

  • Françoise

    Comme tes mots sont justes ! Combien il m’est parfois difficile d’expliquer que si certains de mes textes sont purement des écrits de fiction, d’autres sont bien réels, et que d’autres relatent une partie de ce que j’ai vécu et ressenti mais dans un tout autre contexte, qui lui est fictif, et que je n’ai pas forcément envie de dévoiler lesquels sont dans quelle catégorie. Que je ne suis pas une amante idéale affranchie de tous les tabous, que je ne cherche ni une aventure, ni quoi que soit d’autre que le plaisir d’écrire et d’être lue.
    Comme tes mots résonnent en moi… ! Combien je m’y retrouve… ! Merci

    • Emmanuel Créateur
      Emmanuel Créateur Auteur de l’article

      Merci ça me touche, cet article écrit sur un coup d’humeur après des remarques me tenait beaucoup à cœur et fait la synthèse de beaucoup de ressentis et de la difficulté à ne pas se situer dans les cases prédéfinies …