Aimer un seul club libertin : zone de confort ? 1


Si certains multiplient les expériences dans divers clubs, par curiosité, par goût de l’aventure ou pour le tableau de chasse, c’est loin d’être mon cas.

J’en ai testé très peu.
au rang des visites uniques :
– 2 clubs qui ont fermés depuis,
– 3 clubs encore en activité.

et c’est tout …

Je reste sur des valeurs sures, un humide, certainement en souvenir de très belles rencontres que j’ai pu y faire … 😉 quoique n’y étant pas retourné depuis longtemps.

Et un autre, sec, dont chère lectrice, cher lecteur, je n’ai pas besoin de te présenter (je m’autorise à te tutoyer, tu viens ici lire le plus intime de ma vie), puisqu’il est le théâtre de quasiment tous les récits publiés ici.

Pourtant il y a bien 2/3 autres clubs qui me tentent.  Mais à chaque fois les mêmes interrogations, sans réponse, quelle clientèle, quelles tenues (rappelons ici que bien souvent, club libertin rime avec tenues résilles et équivalent, ce qui a déjà tendance à refroidir fortement mes envies), quel âge (j’ai encore la prétention de me sentir jeune, ma compagne encore plus, nous ne voulons pas d’un partenaire dont l’âge serait supérieur à la somme des nôtres), quel décors, quel accueil …

Voilà une fois le tour de ces questions faites, je reviens invariablement à la même envie, au seul endroit qui me satisfasse. Le peu que j’ai pu faire comme autre club ne m’as pas laissé un excellent souvenir ni l’envie d’y retourner.

Wikipedia dans sa version US, donne cette définition de la zone de confort (confort zone) :
The comfort zone is a behavioural state within which a person operates in an anxiety-neutral condition, using a limited set of behaviours to deliver a steady level of performance, usually without a sense of risk. A person’s personality can be described by his or her comfort zones. A comfort zone is a type of mental conditioning that causes a person to create and operate mental boundaries. Such boundaries create an unfounded sense of security. Like inertia, a person who has established a comfort zone in a particular axis of his or her life, will tend to stay within that zone without stepping outside of it. To step outside their comfort zone, a person must experiment with new and different behaviours, and then experience the new and different responses that occur within their environment.

Wikipedia me revoit donc à mes angoisses, probablement pas faux sur ce point, ce que je pensais en début de réflexion être une pure synthèse de mes choix et de ce qui me convient le mieux. Les questions personnelles un peu plus haut sont d’ailleurs sources d’angoisses potentielles …

Avec Google, si je tape « zone de confort » je n’ai que des lien incitant à en sortir, à expérimenter l’inconnu.

L’inconnu c’est le lieu ou la personne?
L’inconnu avec qui j’ai envie de frivolités pour un soir, ne doit il pas partager un minimum certains de mes goûts, hors si je n’ai pas le temps de le connaître (je ne considère pas qu’un verre partage 10 minutes avant c’est connaître quelqu’un, ça ou rien c’est pareil à mon sens), n’est ce pas son choix de club, son choix vestimentaire, son apparence qui va me le définir ?
Ceux, qui ne sont plus des inconnus, avec qui je maintien un lien plus ou moins frivole, je ne les ai pas connu en club mais dans d’autres circonstances.

Découvrez aussi :


Emmanuel Créateur

A propos de Emmanuel Créateur

Couturier des cordes (shibari) et créateur de liens émotionnels Amateur d'arts érotiques et hédoniste au quotidien, japonais dans une autre vie, parfois dandy et souvent gastronome.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Aimer un seul club libertin : zone de confort ?