Première expérience bisexuelle [Les Chandelles] 22


Éraste et éromène, ve siècle av. J.-C., musée du Louvre
Nota bene : ce texte vient en complément du précédent « un vendredi d’août aux Chandelles« . Pour des raisons stylistiques, je ne m’étais pas appesanti sur ce point particulier, préférant le détailler à part ici.
Lorsque l’on évoque la bisexualité en libertinage, c’est bien souvent aux femmes que l’on fait référence. La pratique est banale, pas systématique mais presque. Pour l’autre versant, la bisexualité masculine, c’est le désert absolu, l’ultime tabou. Au mieux on évoque ces saunas un peu glauques où faute de présence féminine, les hommes finissent eux. Faute de présence féminine. Gros malaise. Rien d’assumé.
Je n’ai jamais, j’insiste sur le jamais, vu de caresses entre hommes dans les clubs libertins en cinq ans. Ça m’étonne et ça m’énerve. Ça me semble totalement anormal qu’un libertin se refuse à jouir de tous les plaisirs qui lui seraient accessibles. Attention, je ne prône pas la bisexualité comme une normalité, je reconnais à chacun le droit de jouir de ce dont il a envie. Mais 80% (estimation purement personnelle non étayée) de femme bi et 0% d’homme je trouve qu’il y a un sérieux problème… Passons.
Pour ma part, je me pose des questions depuis longtemps, je fantasme sur certains hommes de papier glacé, mais guère plus. Jamais franchi le pas. Probablement parce que j’attendais une sorte d’homme parfait fantasmatique. Je me suis toujours défini comme hétéro flexible. En attente.
Et donc vint ce fameux vendredi. L’homme en d’autres circonstances, j’aurais dit de lui qu’il est beau et séduisant mais pas mon type, la barbe m’aurait repoussé.
Pourtant pris dans un tourbillon sensuel entre de multiples corps, je me retrouve entre lui et sa compagne. Je les trouve très beaux ensemble, j’aime leur manière de s’embrasser, j’ai envie de partager la sensualité qui émane d’eux.
Il prend l’initiative, je ne l’aurai probablement jamais fait. Par peur de déplaire dans un lieu où je n’ai jamais vu ces pratiques. La sensation n’est pas différente que ce soit lui ou sa compagne. Les caresses se font plus poussées, puis ils me sucent à deux. Tout s’accélère dans ma tête, d’abord la situation m’excite énormément. Être le centre d’attention de ce couple est on ne peut plus jouissif. Puis je remarque que je ne sais lequel des deux me suce en me basant uniquement sur la sensation. Il me faut user d’autres sens pour le savoir. Enfin je remarque que d’autres hommes regardent, nullement choqués ou offusqués, plutôt curieux voire envieux. J’en suis très surpris (et heureux).
Suit une double fellation de L’Onirique et de la femme qui confirme mon ressenti sur le peu de différence entre une fellation prodiguée par un homme et par une femme. J’ai aussi envie de rendre le plaisir qui m’a été accordé, je m’allonge et prends son sexe en bouche. Sans vraiment y réfléchir, c’est assez naturel, probablement à cause des années de fantasmes préalables. C’est surprenant, il a le gland assez gros, mais pas le reste du sexe, c’est chaud et mou. C’est doux et agréable, ça me fait penser à une sucrerie. Sans le goût sucré. Son sexe n’a pas de goût j’ai l’impression, probablement à cause des multiples autres fellations préalables. L’Onirique me rejoint à mon appel pour le sucer ensemble. Nous partageons beaucoup de femmes ensemble, c’est d’autant plus agréable de varier les plaisirs.
Nouveaux changements. Le couple s’embrasse. Je les trouve si beaux, autant pousser l’expérience jusqu’au bout, je me joins à leur baiser. Les lèvres et la langue de l’homme sont douces, le baiser est plus sensuel avec lui, plus passionnel avec elle. Je suis aux anges.
Se passera encore un long moment d’échanges avec eux. Mais sans pénétration.
De ce moment je retiens que :
– si c’était très agréable et que j’ai encore envie d’expérimenter cette voie, je ne suis pas spécialement attiré par un homme, mais plus par un couple, une situation. Le même homme seul ne m’aurait probablement pas fait envie.
– je suis très surpris du manque de différence de ressenti entre un homme et une femme pour une même pratique, je me demande si c’est un cas particulier ou une généralité.
– je suis heureux que la bisexualité masculine ait toute sa place dans un club libertin, j’aimerais simplement la voir plus souvent.

Découvrez aussi :


Emmanuel Créateur

A propos de Emmanuel Créateur

Couturier des cordes (shibari) et créateur de liens émotionnels Amateur d'arts érotiques et hédoniste au quotidien, japonais dans une autre vie, parfois dandy et souvent gastronome.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

22 commentaires sur “Première expérience bisexuelle [Les Chandelles]

  • Emmanuel Créateur

    Informations fournies par M. Chapeau sur Facebook :
    Pour voir des hommes entre eux, certains clubs sont plus propices que d’autres. Notamment, les saunas « toute sexualité » parisiens accueillent un mélange d’hommes hétéros, bi et homos, dont une bonne partie s’assument parfaitement (même si une autre passe par les glory holes pour garder l’illusion qu’ils se font peut-être sucer par une femme). D’autres clubs sont connus pour ça, comme le Shaker ou les soirées Troisième sexe du Château des Lys…

    Personnellement, il m’est arrivé de jouer avec des hommes à peu près partout, mais c’était des amis, pas des inconnus. Et je fais bien attention à ne pas me cacher, justement pour briser le tabou. 🙂

    • Fifi-bulle

      Mouais… Je reste autant dubitative pour le 80% de femme bi -même si nous sommes là dans un échantillon de population qui n’est peut être pas représentative de celle en générale- que pour le 0% masculin. Mais bon, ma perplexité ne fera pas avancer le sujet. lol

    • Emmanuel Créateur

      Je contextualise une peu ma pensée alors. Cela joue certainement fortement sur ces ratios. En effet nous participons essentiellement aux soirées couples du samedi ou du vendredi du club Les Chandelles, et quelques rares fois au Moon City. Dans ces soirées je n ai jamais vu de bisexualité masculine mais je sais que dans d autres clubs c est le cas. Il y a aussi une forte proportion de bisexualité féminine (le chiffre de 80% est certainement complètement faux mais j en vois une grande majorité et non feinte, je pense que des affinités ce font aussi par pratiques dans les organisations de soirées, comme nous sommes essentiellement attirés par les trios FFH, nos choix de soirées ne sont pas innocents). Il est fort probable que sur une moyenne de l ensemble des pratiques en club libertin et non pas sur la seule base de mon expérience très spécifique, la bisexualité masculine soit plus importe et la féminine moins. Mais je ne dispose d aucune étude concrète la dessus et c’est fort dommage.

  • L' Onirique

    bonjour Fifi bulle, pour ma part j’éprouve du desir pour des femmes, bien plus souvent et plus intensément d’ailleurs que pour des hommes. j’ai eu la chance de rencontrer des complices féminines qui ne feignaient pas non plus leur désir.

    bien sur j’en ai croisé quelques unes qui semblaient vouloir faire plaisir à leur homme..mais pas tant que ça…il est vrai que nous preferons les femmes aux couples ^^

  • marlene jones

    J’ai lu vos coms sur la bisexualité féminine. Récemment « refroidie » par une expérience bien flippante, (une femme qui a complètement pété les plombs et s’est mis à me harceler,) je ne savais plus trop ce que j’étais. J’ai eu des expériences avec des femmes, c’était bien, mais je dois dire qu’actuellement je suis un peu perdue.

    • Emmanuel Créateur
      Emmanuel Créateur Auteur de l’article

      Pour ma part je considère que rien n’est figé, j’ai eu des désirs d’hommes très forts, obsessionnels par moment. En ce moment c’est peu présent. Je ne doute pas que cela reviendra. D’ailleurs je ne me définirai plus comme bi mais pansexuel.

  • e.lilith

    Haaaaa ! La bisexualité masculine ! Effectivement, voici là un lourd Tabou 🙂

    Il est vrai que les jeux Bi entre hommes sont très discrets en Club (voir même en soirée privée). Pour l’anecdote, j’ai même eu droit à une mise en garde en Club. J’étais à l’initiative de jeux bisexuels entre mes partenaires masculins, et là, on m’a signifié qu’il serait plus sage d’arrêter de le faire en public, que je devais donc me « cacher » avec eux dans un coin câlin ! Ce que j’ai refusé de faire, en accord avec mes partenaires. Et d’ailleurs, nous avons plus suscité d’excitations parmi les voyeurs ET VOYEUSES que de dégoûts 😉

    Notre société commence tout juste à accepter l’idée que l’homosexualité est une réelle orientation sexuelle. Elle est encore loin d’accepter la bisexualité comme telle, et de fait, de la comprendre.

    Je suis Bisexuelle, je ne fais aucune différence de genre ou de sexe entre mes partenaires que ce soit dans ma sexualité ou mes amours. Je pourrais peut être même plutôt dire que je suis pansexuelle.

    A mes yeux, les choses sont simples. Il y a autant d’hommes bisexuels que de femmes bisexuelles. Par contre, la bisexualité féminine s’affiche plus facilement que la bisexualité masculine. Aussi, dans le milieu libertin, si les jeux bisexuels entre femmes sont souvent présents, cela ne veut pas pour autant dire que ces femmes sont toutes bisexuelles. Il faut différencier le jeux et l’orientation sexuelle. Pour ceux qui ont une sexualité libre, le jeux est la réalisation d’un fantasme, avec des personnes données à un moment donné. En aucun cas cela est la preuve d’une orientation sexuelle. Comme je dirais qu’on ne devient pas homosexuel parce qu’on a été attiré une fois par une personne du même sexe, ou même qu’on s’est laissé allé à des jeux plus poussés.

    Enfin, je peux vous assurer que lorsqu’on est bisexuel, on ressent rapidement la différence. J’ai joué de nombreuses fois avec des femmes, et j’ai su au premier regard si elles étaient bisexuelles ou si simplement, elles étaient joueuses. De même, que je ressens rapidement si elle le fait pour son propre désir ou pour celui de son partenaire.

    Donc, j’espère vivement que notre société va évoluer vers une acceptation plus large des différentes orientations sexuelles. De même, je serais heureuse de voir le tabou de la bisexualité masculine tomber. Car il engendre de nombreuses confusions, et provoque de forts sentiments de honte chez beaucoup d’hommes quant à leurs divers désirs. Que ces désirs soient de l’ordre de jeux entre hommes ou même de jeux anals pour un homme avec une femme.

    Si vous êtes intéressés par des études menées sur la Bisexualité, voici le lien en deux parties d’une conférence intitulée « Les bisexualités : histoire, état des lieux et perspectives ». La qualité audio de ces liens est assez mauvaise malheureusement.

    https://www.mixcloud.com/F%C3%A9lix_Piett/conf%C3%A9rence-les-bisexualit%C3%A9s-histoire-%C3%A9tat-des-lieux-et-perspectives/

    https://www.mixcloud.com/F%C3%A9lix_Piett/conf%C3%A9rence-les-bisexualit%C3%A9s-histoire-%C3%A9tat-des-lieux-et-perspectives-22/